Pouvoir d’achat : la majorité présidentielle veut encore faire cavalier seul




La lecture des articles est réservée aux abonné·es.

Se connecter

La déception était attendue, elle n’en est pas moins cuisante. Après une semaine de débats en commissions, et à la veille de l’arrivée du projet de loi relatif aux mesures d’urgence pour la protection du pouvoir d’achat dans l’hémicycle de l’Assemblée nationale, les députés ne sont pas parvenus à modifier substantiellement le texte proposé par le gouvernement.

Sur les 444 amendements examinés en commission des affaires sociales, seule une poignée émanant de l’opposition ont été adoptés – et moins encore dans les deux autres commissions saisies pour avis (la commission des affaires économiques et la commission des finances). Les grandes orientations initiales, à savoir un recours aux primes et une distribution de chèques plutôt qu’une augmentation conséquente des salaires, mais aussi des baisses (modérées) de taxes plutôt qu’une augmentation de la fiscalité sur les entreprises, demeurent donc inchangées.

La première ministre Élisabeth Borne, à l’Assemblée nationale, le 12 juillet. © Photo Xose Bouzas / Hans Lucas via AFP

Dans la bataille législative du pouvoir d’achat, la première manche est donc perdue. Mais les oppositions n’ont pas dit leur dernier mot. Au total, plus d’un millier d’amendements (1096 exactement) ont ainsi été déposés en vue de l’examen du texte qui arrive en séance publique ce lundi 18 juillet. L’un de ces amendements, sur les 200 rédigés par le groupe La France insoumise, proposant, non sans ironie, de rebaptiser la « prime de partage de la valeur » en « prime enfumage »

De quoi donner le ton d’une semaine qui s’annonce houleuse pour la majorité présidentielle. Si celle-ci imaginait survoler sans encombre son premier chantier législatif d’ampleur avec un texte présenté comme consensuel et censé illustrer « l’ère des forces qui bâtissent ensemble », ainsi que l’avait appelé de ses vœux la première ministre Élisabeth Borne lors de sa déclaration de politique générale, on est loin de l’esprit du compromis vanté par l’exécutif.



#Pouvoir #dachat #majorité #présidentielle #veut #encore #faire #cavalier #seul

Leave a Comment

Your email address will not be published.