Comment le “projet Galileo” secret a donné naissance à la MoonSwatch

En avril, le le président de la Confédération suisse (et chef de l’Etat de facto), Ignazio Cassis, s’est rendu au Japon pour s’entretenir avec le premier ministre du pays, Kishida Fumio. Comme à l’accoutumée, des cadeaux devaient être échangés, et le bureau de Cassis a demandé un exemple de ce qui venait de devenir la montre suisse la plus en vue à être lancée depuis des années, voire des décennies : la LuneSwatchune version produite par Swatch à 260 $ de la Speedmaster d’Omega Moonwatchle chronographe célèbre pour avoir été porté par les astronautes de la NASA sur la lune.

Le président suisse, cependant, n’a pas eu de chance. “Nous étions ravis, mais nous leur avons dit que la seule façon pour lui d’obtenir la montre est d’envoyer quelqu’un de son bureau faire la queue et d’espérer qu’au magasin Swatch de Berne, il pourra la trouver”, explique Nick Hayek Jr., chef. dirigeant de Swatch Group, le plus grand producteur de montres au monde, qui possède à la fois les marques Swatch et Omega.

Hayek, un milliardaire de 67 ans qui se rend au travail en Mini et fait flotter un drapeau de pirate devant son bureau, est fier du fait que l’accès privilégié – une caractéristique du monde de la montre de luxe – est totalement absent avec la MoonSwatch. malgré la forte demande. « Cela n’aide pas si vous avez des poches profondes. Le client Patek Philippe et Rolex, le client Breguet, le client Richard Mille, ils ont tous sonné. Ils en veulent tous un. Mais même si vous nous donnez 10 000 $, cela ne fait aucune différence. Il faut attendre, il faut l’acheter en magasin. C’est le changeur de jeu. “

Mais trouver la MoonSwatch dans n’importe quel magasin Swatch n’importe où a été une question de chance, de timing et d’endurance pure depuis son lancement le 26 mars sur des scènes de chaos autour du globe.

Les nouvelles avaient été diffusées progressivement au cours de la semaine précédente. Le 17 mars, des publicités énigmatiques sont apparues dans certains journaux avec des pages blanches portant la légende : “Il est temps de changer votre Omega… Swatch” et “Il est temps de changer votre Swatch… Omega”. Les flux de médias sociaux laissaient entrevoir quelque chose avec un thème planétaire avant l’annonce des montres le 24 mars : onze montres Swatch ressemblant fidèlement à l’emblématique Speedmaster Moonwatch, mais alimentées par batterie, dans des couleurs vives et fabriquées à partir de l’alternative écoplastique de Swatch, Biocéramique.

Les coloris étaient inspirés des planètes du système solaire : il y avait la Mission to the Sun en jaune vif, la Mission to Neptune en bleu profond, la Mission to Jupiter en beige et orange, et bien sûr la Mission to the Moon noire, étroitement ressemblant à l’original Omega.

Photographie: Groupe Swatch



#Comment #projet #Galileo #secret #donné #naissance #MoonSwatch

Leave a Comment

Your email address will not be published.