À Paris, les actions se multiplient pour obtenir un hébergement aux…




La lecture des articles est réservée aux abonné·es.

Se connecter

Ils ont déjà occupé les locaux vides d’une société d’assurance situés rue Saulnier, dans le IXe arrondissement de Paris, en avril dernier. Cette fois, le collectif La Chapelle debout, qui vient en aide aux exilé·es de la capitale depuis 2015, a choisi d’investir le centre d’accueil dédié aux réfugié·es ukrainien·nes Porte de Versailles, dans le XVarrondissement, dimanche 17 avril.

Les bénévoles étaient accompagnés des habitant·es de l’Ambassade des immigrés (du nom de ce nouveau lieu de mobilisation né après l’occupation du bâtiment de la rue Saulnier) lorsqu’ils sont entrés dans le centre d’accueil, où la fréquentation a fortement baissé au cours des dernières semaines, selon plusieurs sources.

« Notre action avait un double objectif, explique Yacine*, membre de La Chapelle debout. D’abord, dénoncer les différences de traitement entre les exilés et le racisme qui en découle, sachant que le centre dédié aux Ukrainiens est presque vide et que pendant ce temps, d’autres exilés vivent dehors depuis des mois, voire des années ; et obtenir d’autre part des solutions d’hébergement pour les personnes confrontées à la rue. »

Le collectif La Chapelle debout et des exilés ont occupé un centre d’accueil pour Ukrainiens, dimanche 17 juillet. © Antoine MERMET / Hans Lucas via AFP.



#Paris #les #actions #multiplient #pour #obtenir #hébergement #aux

Leave a Comment

Your email address will not be published.