Procès des attentats du 13-Novembre : les avocats de la défense jug…




La lecture des articles est réservée aux abonné·es.

Se connecter

« Des avocats de la défense ne devraient pas dire ça », a commenté, mardi, le procureur général François Molins dans L’Obs, après la publication, lundi 18 juillet, dans Le Monde d’une tribune des avocats et avocates d’une partie des condamnés de la cour d’assises spéciale, dans le dossier des attentats de novembre 2015. Le texte, intitulé « Le procès du 13-Novembre n’a pas été exemplaire et les droits de la défense ont été malmenés », a pris la dimension d’un brûlot dans les milieux judiciaires et dans les rangs de certaines parties civiles, alors qu’aucun des condamnés n’a fait appel du verdict.

La phrase qui a le plus choqué semble être celle qui conclut le texte : « La décision rendue par la cour d’assises spéciale de Paris est une décision politique avant d’être une décision de justice. » « C’est très grave de dire d’une juridiction qu’elle rend des décisions politiques, prises à l’avance, et qu’elle ne respecte pas les droits de la défense ou les principes du procès équitable », a dénoncé François Molins, procureur général près la Cour de cassation.

Le débat a divisé les rangs de la défense avant même la publication. Était-ce le bon moment ? Le texte ne risquait-il pas d’être ressenti comme une attaque ad hominem des magistrats composant la cour ? Était-on légitime à dénoncer un verdict alors que les accusés n’avaient pas fait le choix de le contester en faisant appel ?



#Procès #des #attentats #13Novembre #les #avocats #défense #jug

Leave a Comment

Your email address will not be published.